(post) Modern lover

Si le post-modernisme né dans les années 60 a été une des sources de conflit et de division au sein de la critique et des créateurs au XXème siècle, ce mouvement lié à la pop culture aura clairement contribué à libérer la créativité en architecture comme en design.

Art déco revisité en mode tarte à la crème pour certains, empilage sans queue ni tête de formes, de couleurs et de motifs pour d’autres, chaque réalisation était de fait destinée à choquer, à rebattre les cartes en fanfaronnant : « tout est possible, rien n’est interdit et surtout pas l’humour ». Mais loin d’avoir généré un chaos d’oeuvres informes et aujourd’hui démodées, le mouvement aura surtout fait émerger des talents immenses et des créations qui continuent toujours et encore d’inspirer les créateurs contemporains. Designerbox vous invite à découvrir ou redécouvrir avec gourmandise, ce mouvement porté par des créateurs de génie dans les années 80. Le postmodernisme a souvent été qualifié de laid, de superficiel mais 30 ans après l’apogée du mouvement, il est possible de dépasser les débats hystériques qui ont suivi la construction des bâtiments de Michael Graves, de John Hejduk (chefs de file des New York Five) ou les objets hauts en couleur du groupe Memphis.

 

bouillore 9093 design by Michael Graves

 

Loin d’être un phénomène architectural ou « design », on perçoit clairement l’influence considérable que ce mouvement a eu et dont le style a peut-être été le plus succinctement capturé par des groupes de design milanais tels que Studio Alchymia (dirigé par Alessandro Mendini) ou Memphis dont Ettore Sottsass était le dieu soleil brillant, gourou aimant, libidineux et charismatique. Alimenté par l’enthousiasme de la contre-culture pour la drogue et l’amour libre, c’est en 1981, lors de la fondation de Memphis, que son influence se fera vraiment sentir. Avec un ensemble d’ameublement dans des couleurs et des motifs audacieux, certains apparemment anti-fonctionnels et d’autres aux traits fantaisistes, l’initiative de Sottsass pris un grand essor et son influence se fera rapidement sentir non seulement dans le domaine du design de meuble, mais aussi dans celui de la mode, de l’architecture et même des vidéoclips sur MTV.

En 1987, l’année de la sortie du buffet des vanités de Gordon Gecko (Wall Street), après seulement six ans et en plein succès, Sottsass met fin à l’aventure déclarant « C’est comme une histoire d’amour. Quand on s’y habitue, il faut arrêter. » C’était un sacré voyage, mais le plaisir était fini. Ce qui avait commencé comme un appel à la complexité, à la contradiction et à la révolte était récupéré par l’establishment, il était temps de partir à la découverte de d’autres territoires.

 

installation design by Masoud Yasami

 

Comme une suite logique, les années 90, conduites de main de maitre par un Philippe Starck érigé en nouveau gourou, auront vu toutes les strates de l’Industrie prendre conscience de l’importance du design. Fini la créativité débridée, place à une folie gentiment policée plus conforme aux enjeux commerciaux. Mondialisation oblige, nous vivons aujourd’hui une époque plus décomplexée où l’on peut librement emprunter où bon nous semble. Si « rien ne se créé, tout se transforme », chez Designerbox on aime l’audace des créateurs qui éclairent notre environnement d’objets ou de bâtiments étonnants. À l’image de l’hotel ZaanDamm à Amsterdam, de la commode American Chateau de Jaime Hayon, des nouvelles chaises Sam Son de Konstantin Grcic ou l’étagère Cake de Jean Couvreur... Des totems post-modernes contemporains qui distillent un peu d’humour, de poésie et une certaine gaîté dans notre quotidien et contribuent à donner du relief à nos intérieurs.

meuble Funrastico design by Jaime Hayon

Du design, de la déco et des promos, dans votre boite mail

À PROPOS DE NOUS

Chez makers.store, nous travaillons quotidiennement au plus près des créateurs et des artisans pour vous donner accès à une offre déco unique et au meilleur prix. makers.store s’affranchit des intermédiaires pour privilégier les circuits courts et favoriser l’émergence des talents d’aujourd’hui et de demain grâce à un fort contenu éditorial.
Lire la suite